Ressortez le tricotin mécanique de votre enfance (ou piquez celui de vos enfants) et réalisez en peu de temps un petit accessoire déco.

Cette idée me trottait dans la tête depuis un petit moment, je voulais ré utiliser le tricotin de mon enfance. Je me suis inspirée des lettres en bois ou en carton que l’on voit fleurir un peu partout et que l’on doit assembler au gré de nos envies pour former des mots ou des prénoms.

J’ai choisi de réaliser le mot LOVE mais ça marche aussi avec HOME, CUISINE ou bien encore le prénom de vos proches. :-)

tricotin mecanique

Pour réaliser ce DIY au tricotin mécanique, il vous faut :

       Un tricotin mécanique

-        Une pelote de laine ou de coton de la couleur de votre choix (mais pas trop épais). J’ai utilisé le phil coton 3 de chez Phildar dans un rose flashy

-        Du fil de fer, ni trop fin, ni trop épais. Celui que j’ai utilisé à un diamètre de 1,1 mm

-        Une pince coupante

-        Une paire de ciseaux

-        Du fil à coudre de la même couleur que votre laine ou coton

-        Une aiguille à coudre

tricotin mecanique

Pour commencer, réaliser un « câble » en tricotin suffisamment long pour vous permettre d’écrire le mot ou le prénom de votre choix.

Ceci fait, glissez le fil de fer à l’intérieur du câble en tricotin.

Cachez les extrémités du fil de fer à l’intérieur du tricotin ou laissez les apparentes et faites les tournicoter pour éviter de vous blesser.

Former le mot ou le prénom désiré en manipulant le tricotin et voilà, c’est fini !!

Pour éviter que les lettres ne se déforment et faire en sorte que la structure ne bouge pas, vous pouvez faire quelques points de couture aux endroits « stratégiques » (dans mon cas, dans le O et le V de LOVE).

Si pour vous le fil de fer est réservé à MacGyver, vous pouvez très bien choisir de customiser vos coussins avec des mots en tricotin. C’est très sympa également.

 tricotin mecanique

De quoi renouer avec le tricotin vous ne trouvez pas ?

Répondez-moi dans les commentaires !

Gilet Gaby widget light

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aimé :